Distorsion "Retour de la ceremonie"
Distorsion "Retour de la ceremonie"
Distorsion de 5 chaises plastiques usagees
H 270 cms
India 2008



- On request€ Disponible -

Mixed Media

Michel Mag

India
Pondicherry

magmichel@in.com
Site web
Contact
 
Code de sécurité à recopier

=>
MAG Michel est un artiste francais travaillant en Inde depuis 1999
Mag peut etre associe au mouvement Junk Art, ses travaux sont des Fragmentations, et des Distorsions. Il veut magnifier son sujet et donner une ame aux debris de la societe de consommation .L’action primordiale de Mag Michel est de recuperer des objets voues a la destruction, au recyclage et de s’en servir comme base de son travail. Une fois collectes, ces cadavres de la consommation sont alors decouper, plier, decharner. Ces pieces rebuts sont meticuleusement choisis, selectionnes, ces dernieres etant des objets de la vie quotidienne mais qui vehiculent une image forte du fait de leur profusion ou de leur notoriete dans le monde de la consommation (e-waste, IT-waste).
Mag Michel les vide de leur substance, les fragmente, et veut demontrer que ces pieces meme meconnaisable demeurent omnipresentes dans notre inconscient collectif.
De la decharge a l’exposition, l’objet se transforme en sculpture, en assemblage, en sequence, en serie sans jamais devenir une œuvre figurative mais une icone.
Le spectateur n’est pas present pour decoder l’objet en cours de dematerialisation mais pour subir un face a face.
Il n’y a pas de nouvelle figuration qui emerge de l’objet transforme devenu œuvre a part entiere. Rien n’est recuperer afin d’etre recomposer, l’œuvre est un constat. L’artiste plasticien devient un archeologue urbain contemporain qui par principe recupere pour montrer des elements intemporels.
Mag Michel s’inscrit dans le mouvement Junk Art. Ses œuvres se veulent poetiques et ethniques, son action essaye de delivrer un message sur l’interet de prendre conscience du role vital du recyclage dans notre environnement. Mag Michel interroge la validite de nos comportements de consommateurs en organisant un face a face entre spectateurs et sculptures lors des expositions.
Pour lui les canons de la sculpture traditionnelle sont depasses, l’aspect conceptuel et le message qui se degage de la realisation s’unisse pour donner l’emotion.
L’œuvre de Mag s’inscrit dans le champ de questionnements de la sculpture contemporaine ‘’une creation sans savoir faire, ni technique particuliere peut elle etre considere comme œuvre d’art a part entiere ?!’’.
- art expression with pictural or sculptural mix media .

-Exploration of the world of consumption and its environmental aspect such as recycling.

-Action through fragmented icons (vehicle..), sacred idea (indian cows, crucifix..), junk items (dolls, shape), distorsion (material and social), print (perennial)

-Ban the cliché or the figurative image but show archetypes and try to raise issue concerning our violent environmental decadence.

-Work on a project about the tridimensionnal concept of the Print. (Empreinte)

Mon approche de la creation artistique est independante et autodidacte,
Mes “distorsions” deviennent les portes-parole de mon regard critique sur la societe.
Bien que travaillant de facon atypique je refuse toute eti quette -post-industriel-conceptuel-neo-new realiste- je prefere que l’on considere mon travail de“social par defaut” !
Mon travail est engagee et montre un certain point de vue de la culture indienne dans le monde global.
Je travaille les icones de cette culture et essaye de montrer leur place dans la globalisation (rickshaw, Ambassador, Vaches sacrees).
Je met en scene des symboles de la consommation et des problematiques sociales contemporaines (Mother India-social distorsion).
Notre existence et nos actions sociales sont desormais definies par des modeles de consommations(bientot unique et uniforme).
Parfois j’ai le sentiment de vivre dans ce vide existentiel, alors je comble ce vertige. J’ai souvent de la peine a comprendre la valeur des codes collectifs avec lesquels nous communiquons,
Je crois que mes œuvres echappent a toute logique, bien que j’elabore des theories lors de leur creations en sachant que leurs verites ne doivent rien a l’intellectualisme. Je ne maitrise pas correctement mon imagination, elle est manifestement encombrees par toute sorte de contradiction souvent d’ordre symbolique.
Mon intensite creatrice reside dans le fait de collecter, recycler, assembler, manifier un rebur, esthetiser un reste, poetiser…Manipuler les dechets, les surplus c’est un peu comme agir dans un monde primitif (a l’age de pierre) ou entrer dans la peau d’un archeologue urbain.
Les idees certes s’elaborent, mais elles sont le plus souvent le fruit de rencontres avec des materiaux, des occasions qui se presentent lors d’une fouille(chantier, casse, rues, decheterrie).
Je ne veux pas m’enfermer dans un format, dans un support, je n’ai ni savoir faire ni de procede. Je manipule, modifie et interviens.
Mon approche de la creation artistique est independante et autodidacte,
Mes “distorsions” deviennent les portes-parole de mon regard critique sur la societe.
Bien que travaillant de facon atypique je refuse toute eti quette -post-industriel-conceptuel-neo-new realiste- je prefere que l’on considere mon travail de“social par defaut” !
Mon travail est engagee et montre un certain point de vue de la culture indienne dans le monde global.
Je travaille les icones de cette culture et essaye de montrer leur place dans la globalisation (rickshaw, Ambassador, Vaches sacrees).
Je met en scene des symboles de la consommation et des problematiques sociales contemporaines (Mother India-social distorsion).
Notre existence et nos actions sociales sont desormais definies par des modeles de consommations(bientot unique et uniforme).
Parfois j’ai le sentiment de vivre dans ce vide existentiel, alors je comble ce vertige. J’ai souvent de la peine a comprendre la valeur des codes collectifs avec lesquels nous communiquons,
Je crois que mes œuvres echappent a toute logique, bien que j’elabore des theories lors de leur creations en sachant que leurs verites ne doivent rien a l’intellectualisme. Je ne maitrise pas correctement mon imagination, elle est manifestement encombrees par toute sorte de contradiction souvent d’ordre symbolique.
Mon intensite creatrice reside dans le fait de collecter, recycler, assembler, manifier un rebur, esthetiser un reste, poetiser…Manipuler les dechets, les surplus c’est un peu comme agir dans un monde primitif (a l’age de pierre) ou entrer dans la peau d’un archeologue urbain.
Les idees certes s’elaborent, mais elles sont le plus souvent le fruit de rencontres avec des materiaux, des occasions qui se presentent lors d’une fouille(chantier, casse, rues, decheterrie).
Je ne veux pas m’enfermer dans un format, dans un support, je n’ai ni savoir faire ni de procede. Je manipule, modifie et interviens.
Retour


 

  Galerie d'art contemporain, inscription gratuite