Tajallate III.
Tajallate III.
Tech-mixte sur toile.Casablanca 2008



- contacter l’artiste€ Available -

Painters

Ahmed Jaride

20500 Casablanca - Morocco
Casablanca

jaride@live.fr
Contact
 
Security code to recopy

=>
Back
Ahmed Jaride est d’abord un artiste peintre, mais son aventure dans la picturalité se ‎nourrit de nombreuses connaissances et savoir faire dans les domaines de la ‎philosophie, de la littérature, de la poésie de la prose, de la musique, de ‎l’architecture et des arts populaires. Chez lui, l’écrivain se cache derrière le peintre, à ‎ceci près qu’il est capable de liberté. Mais dans ce cas, il créera une situation de ‎tension entre lui et le pictural susceptible d’embarrasser l’artiste. C’est pourquoi ‎l’écrivain apparaît soit dans les aires de « repos » tel le paysage pictural, soit lorsque ‎sa signature est apposée sur la toile, pour que des interrogations soient posées entre ‎l’artiste et les démons de son art.‎
Sanchez Alonso Quintanos, écrivain et critique, considère la peinture, comme Jaride ‎le fait avec la littérature, comme un violon d’Ingres, un délice dont il se délecte dans ‎les moments libres.‎
Comparativement au genre d’écriture fragmentaire chez Jaride, chez Sanchez cela ‎correspond à des coups légers austères de pattes dans ses tableaux, avec des ‎variations limitées, ressemblant à des ailes entrecroisées, dispersées, effacées, peintes ‎en marron et en gris, sans plus, et sur le même papier.‎
Sanchez Alonso a écrit d’excellents articles critiques sur des artistes peintres ‎argentins, espagnols et marocains connus et méconnus, notamment, Munoz ‎Ghalban, Carmen Iglias, Pablo de Lucas, Emmanuel Song Routier, Abdelkarim ‎Ouazzani, Abbas Saladi…, et sur Ahmed Jaride, il a écrit plus d’un article, dont le ‎premier remonte au début des années 1990(2) et qu’il a publié dans la Revue ‎spécialisée « Horizon autre » sous le titre : « Transparences en noir et noir » consacré ‎entièrement, sous quatre longues colonnes à la lecture spécifique de la période ‎‎« noir et noir » dans l’expérience d’ Ahmed Jaride. De même des poètes ont ‎accompagné Jaride plusieurs reprises dans ses œuvres par des écritures poétiques ‎variées, et des approches fonctionnelles diverses….depuis « Mawakif Al Nifari », au ‎‎« Lit pour l’isolement de l’épi » de Mohamed Achaâri, et aux « Cantos » D’Ezra ‎Pound, et aux « Fresques de Mahmoud Darwich, et à l’« Abécédaire » . d’Adonis, ou ‎nous trouvons la poésie écrite en caractères picturaux premiers, par quoi nous ‎rencontrons les échelles du rythme pour des masses abstraites inscrites sur le ‎tableau.‎
Texte de Medi Akhrif
Back


 

  Galerie d'art contemporain, inscription gratuite